Du bruit au signal (et inversement)

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Tag - signalements

Fil des billets - Fil des commentaires

vendredi 12 juin 2009

7ème colloque du chapitre français de l’ISKO - Intelligence collective et organisation des connaissances

L’ISKO (International Society for Knowledge Organization) est une société savante internationale créée en 1989, à but non lucratif, destinée à favoriser la recherche et les échanges entre les chercheurs et les spécialistes du domaine de l'organisation des connaissances.
L'ISKO réunit environ 600 spécialistes de 54 pays qui travaillent sur les problèmes de l’organisation de l’information selon des approches complémentaires issues en particulier des sciences de l'information, de la linguistique, de l'informatique et des sciences cognitives.

Le 7ème colloque du chapitre français de l’ISKO, intitulé Intelligence collective et organisation des connaissances, se tiendra à Lyon les 24, 25 et 26 juin 2009. Il est organisé par l’Université Jean Moulin Lyon 3 et l'ENSSIB.
Le programme complet est disponible ici.

J'interviendrai le jeudi 25 juin après-midi sur la redocumentarisation iconographie dans l'Atelier 3 Image, travail collaboratif et réseaux sociaux animé par Gérard Régimbeau et Christophe Catanese.

mardi 26 mai 2009

Traiter (des photos) pour trouver [signalement]

Dans son blog Descripteurs, Sylvie Dalbin revient sur mon billet récent concernant l'indexation des photos en mettant l'accent sur "les difficultés à articuler méthodes et outillages techno-documentaires "manuels" et automatiques".

À lire ici.

dimanche 28 décembre 2008

Vous avez dit "redocumentarisation" ?

J'ai utilisé assez fréquemment le mot "redocumentarisation" sur ce blog et je m'aperçois qu'il n'est pas si facile d'en trouver une bonne définition sur Internet. Le terme, popularisé par le collectif Roger Pédauque, est par exemple absent de Wikipedia.

J'emprunte à Jean-Michel Salaün, Directeur de l’École de bibliothéconomie et des sciences de l’information à l'Université de Montréal, la définition suivante:

"Pour définir la re-documentatisation, il faut commencer par s'entendre sur le terme «documentarisation». Documentariser, c'est ni plus ni moins traiter un document comme le font, ou le faisaient, traditionnellement les professionnels de la documentation (bibliothécaires, archivistes, documentalistes) : le cataloguer, l'indexer, le résumer, le découper, éventuellement le renforcer, etc. On préfère «documentariser» à «documenter», qui renvoie plutôt à la création d'un ou de plusieurs documents pour expliquer un objet ou une action, mais dans certains cas les deux activités se recoupent. L'objectif de la documentarisation est d'optimiser l'usage du document en permettant un meilleur accès à son contenu et une meilleure mise en contexte.

Le numérique, par nature, implique une re-documentarisation. Dans un premier temps, il s'agit de traiter à nouveau des documents traditionnels qui ont été transposés sur un support numérique en utilisant les fonctionnalités de ce dernier. Mais le processus ne se réduit pas à cette simple transposition. En effet, bien des unités documentaires du Web ne ressemblent plus que de très loin aux documents traditionnels. Dans le Web 2.0, dans la construction du Web sémantique ou tout simplement sur les sites dynamiques, la stabilité du document classique s'estompe et la redocumentarisation prend une tout autre dimension. Il s'agit alors d'apporter toutes les métadonnées indispensables à la reconstruction à la volée de documents et toute la tracabilité de son cycle. Les documents traditionnels eux-mêmes, dans leur transposition numérique, acquièrent la plasticité des documents nativement numérique et peuvent profiter des possibilités de cette nouvelle dimension.

La redocumentarisation prend alors un sens beaucoup plus large. Cette nouvelle forme de documentarisation reflète ou tente de refléter une organisation post-moderne de notre rapport au monde, repérable aussi bien dans les sphères privée, collective et publique, qui d’ailleurs se superposent de plus en plus. Comme dans la précédente modernisation, le document participe au processus et y joue même un rôle clé, mais il s’est transformé au point que l’on peut se demander s’il s’agit encore de la même entité.

Pourquoi alors reprendre le même terme, en ajoutant juste le préfixe re-, s'il s'agit d'un changement de paradigme ? En réalité, s'il y a bien une rupture, celle-ci est dans une continuité historique qu'il est d'autant plus important de souligner que les professions de la documentation y ont leur place, ou devraient y prendre une place plus grande qu'elle n'est aujourd'hui car leurs compétences y sont essentielles."

Salaün, Jean-Michel, 2007, La redocumentarisation, un défi pour les sciences de l’information, Études de communication, n° 30

Autres références:

samedi 4 octobre 2008

L'ARDI, Association Régionale pour la Diffusion de l'Image - Caen

L'ARDI, Association Régionale pour la Diffusion de l'Image a été créée à Caen en I984. Depuis sa création, l'ARDI - Photographies en Basse-Normandie a pu montrer le travail de plus d'une centaine de photographes à travers près de soixante expositions individuelles et collectives, sur une cinquantaine de lieux dans et hors de la région Basse-Normandie.

L'ARDI recherche de nouveaux locaux pour le 1er novembre 2008
Opposons-nous à la fermeture de l'ARDI

Le samedi 4 octobre 2008
11h : Comité de soutien, projet et bilan des pétitions
15h : Débat public: Une collection de photographies en région
17h : Vernissage

La pomme photographique

" L’originalité de ce travail consiste à revisiter le péché originel en utilisant une véritable pomme comme simple appareil photo. En effet les particularités génétiques de ce fruit en font l’appareil le plus ancien, ancêtre de la caméra obscura, mais aussi du sténopé décrit par Platon.
Pascale et Thierry Nivaux, d’un simple geste, évident son cœur et le remplacent par un film N&B qui sera impressionné par l’ouverture naturelle, autour de laquelle les sépales en calice forment le diaphragme."

Exposition à la Mairie de Sainte-Geneviève-des-Bois (91)
Place Roger Perriaud
Lun. Mar. Jeud. 9h/12h-13h30/18h
Ven. 9h/12h-13h30/19h
Sam. 9h/12h
Jusqu'au 31 octobre 2008

Site de Pascale & Thierry Nivaux
Article du Parisien

samedi 29 mars 2008

Le TIFF est trop lourd

« De plus en plus en plus nombreuses sont les institutions qui croulent déjà sous le poids des fichiers résultant de leurs campagnes de numérisation et qui, planifiant les campagnes à venir, se rendent compte que cela va coûter cher, très cher en simple stockage. Partant de ce constat, la Koninklijke Bibliotheek (la bibliothèque nationale néerlandaise) a décidé de réviser sa stratégie de conservation. Jusqu"à présent, elle faisait comme tout le monde, en conservant ses masters au format TIFF, sans compression aucune. Dans un rapport tout récent, elle livre les résultats de la réflexion et des tests qu'elle a menés pour déterminer quels formats pourraient constituer une alternative au TIFF pour la conservation à long terme de ses masters. »
.../...

Billet complet sur Thinking Twice

La conclusion du rapport recommande JPEG 2000.
On peut s'étonner qu'il ne mentionne pas le format JPEG XR qui devrait en théorie succéder au JPEG (voir mon billet Format JPEG XR, hâtons-nous lentement) et qu'il semble ignorer que, malgré ses indéniables qualités, le format JPEG 2000 souffre d'un grave handicap: il est très peu supporté et l'industrie l'ignore pratiquement.

- page 1 de 3