Du bruit au signal (et inversement)

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Tag - redocumentarisation

Fil des billets - Fil des commentaires

vendredi 29 janvier 2010

Flickr et PhotosNormandie - article sur Officina della Storia

Un bref article sur Officina della Storia - rivista on-line di storia contemporanea, site italien dédié à l'histoire contemporaine et réalisé en coopération avec l'Università degli Studi della Tuscia à Viterbe :

Flickr et PhotosNormandie: un projet de redocumentarisation d'un fonds photographique historique

Cet article est en français.
(Merci à Anna Caprarelli)

mardi 12 janvier 2010

PhotosNormandie, 3 ans et 5 millions de visites !

Le projet PhotosNormandie boucle sa troisième année d'activité le 29 janvier prochain et franchit aujourd'hui le cap des 5 millions de visites.

Je remercie tous les participants qui nous ont communiqué des informations, des références, des pistes de recherche intéressantes - en particulier le « noyau dur » du projet : Michel Le Querrec, bien sûr, qui réalise un exceptionnel travail de collecte, synthèse et rédaction, ainsi que Claude, BS, François, et quelques autres passionnés. Le fait que les participants à PhotosNormandie ne se connaissent pas "in the real life", situation que je jugeais assez anecdotique il y a 3 ans, m'apparait désormais comme l'un des attraits essentiels de l'expérience : constituer sur Internet un véritable groupe de recherche ouvert dont la méthodologie et les résultats sont facilement vérifiables.

Merci aussi aux archivistes, documentalistes, historiens, bibliothécaires, visualistes, iconographes, photographes, qui se sont intéressés à ce projet, m'ont invité dans différents colloques ou séminaires pour en discuter et ont permis que je m'exprime dans leurs revues. Nouer des liens avec tous ces professionnels, sur des sujets très divers et souvent passionnants, constitue l'une des grandes satisfactions apportées par ce projet.

Je remercie enfin les musées, bibliothèques ou archives de divers échelons, établissements publics, associations, agences photographiques, médias, en bref les détenteurs français de documents ou d'images en relation avec notre sujet. L'attitude constante depuis trois années de ces institutions et organismes vis-à-vis d'Internet nous a paradoxalement stimulé.

Certains en effet sont totalement absents du Web, pour d'autres le rare matériel proposé en ligne est de médiocre qualité, pour la plupart les descriptions associées aux images sont très approximatives, la maintenance et le suivi des sites événementiels ne sont pas assurés, leurs fonds les plus intéressants sont consultables uniquement sur place et réservés aux chercheurs, le plus souvent il est interdit de réaliser des captures d'écrans, on facture au prix fort une numérisation en stipulant des conditions d'usage strictes et en évitant soigneusement de mettre à disposition le document digital sur Internet, la simple copie d'un fichier sur une clé USB est payante, personne ne répond aux mails, et bien sûr quand on parle « patrimoine » et « bien public » on vous répond « copyright » et « ventes ».

Sans cette politique de détention des documents, sans la désinvolture, la méfiance et la frilosité de ces établissements envers les possibilités ouvertes par Internet, nous n'aurions peut-être pas sollicité aussi fréquemment et avec un tel succès les connaissances encyclopédiques et les impressionnantes documentations accumulées par de nombreux passionnés, labouré encore et encore les recoins d'Internet pour dénicher de multiples références, images ou informations, bâti et détruit des hypothèses, laissé en friche des sujets ouverts pour les reprendre des mois plus tard. Enfin et surtout, nous n'aurions peut-être pas eu autant de plaisir à partager nos petites découvertes. Quand Google s'intéressera vraiment à la diffusion des collections amassées par ces échoppes et que celles-ci seront alors réduites à l'état de conserveries, nous les regretterons. Un tout petit peu.

Statistiques du compte Flickr PhotosNormandie le 12 janvier 2010

lundi 2 novembre 2009

Contenu généré par les utilisateurs : quelle légitimité ?

Un bref billet paru dans la revue Archimag n° 227, septembre 2009 :

« La question de la légitimité et de la validité des contenus générés par les utilisateurs est bien connue dans les cas de Wikipédia et du journalisme citoyen, mais ne se pose pas dans les mêmes termes lorsque le crowdsourcing est d’envergure bien moindre, le sujet spécialisé et les méthodes différentes. PhotosNormandie est un projet collaboratif actif depuis janvier 2007. Il a pour but d’améliorer la description documentaire de photos historiques sur la bataille de Normandie en utilisant les possibilités de Flickr. Les participants réguliers connaissent tous fort bien le sujet et possèdent de nombreux ouvrages et revues de référence. Ils ont aussi une bonne connaissance locale et familiale de ces événements. Ce sont des amateurs passionnés qui ont développé des compétences pointues. Ce noyau de participants fonctionne comme un comité éditorial informel qui valide les informations proposées. Les critères sont simples. Si une information provient d’une source publiée, on doit la citer. Dans le cas contraire, il est nécessaire de produire des éléments visuels – observation de la photo, autres photos similaires, films, plans, cartes – ou bien d’autres arguments qui proviennent de témoignages directs ou indirects. Enfin, les informations plausibles doivent être explicitement mentionnées comme des hypothèses. 

Le travail collectif effectué tient sa légitimité de la qualité et de la vérifiabilité des résultats obtenus. Il est très facile du reste de comparer les légendes produites avec celles qui figurent sur le site d’origine, qui renferme de nombreuses erreurs. Ce projet, comme tout travail de redocumentarisation, est un work in progress. Il est conduit par des amateurs compétents, organisés collectivement, et qui sont plus soucieux de produire des contenus de qualité que de gloser indéfiniment sur leur légitimité. Les légendes de PhotosNormandie sont d’ailleurs reprises dans certains ouvrages spécialisés. »

Voir aussi le billet plus développé Sur la légitimité des contenus générés par les utilisateurs.

mardi 30 juin 2009

Sur la légitimité des contenus générés par les utilisateurs

[Première version le 30 juin 2009, dernière modification le 2 juillet 2009]

Le Web 2.0 est contributif. Les contenus générés par les utilisateurs constituent l'une de ses caractéristiques fondamentales. Dès leur apparition, on s'est interrogé sur la légitimité et la validité de ces contenus issus du crowdsourcing ainsi que sur l'absence d'autorités de référence lors de leur production. Ces interrogations qui prennent souvent la forme de critiques sont bien connues dans le cas des entreprises emblématiques comme Wikipedia - comparé aux encyclopédies classiques - ou encore pour le journalisme citoyen tel qu'il s'exprime notamment à travers les blogs politiques et d'actualités ou les services de micro-blogging comme Twitter. Ces questions méritent également d'être abordées en ce qui concerne des projets collaboratifs d'envergure et d'audience bien moindres mais dont les méthodes et les enjeux sont d'une toute autre nature. Ce billet décrit en détail le processus de validation qui s'est naturellement mis en place dans le cadre du projet PhotosNormandie et examine en conséquence la question de la légitimité des contenus générés par les utilisateurs dans ce travail.

Lire la suite...

samedi 27 juin 2009

Les limites du crowdsourcing [signalement]

Larry Cebula, professeur d'histoire à l'Eastern Washington University, vient de publier un intéressant billet sur son blog :

"Lick This": LOC, Flickr, and the Limits of Crowd Sourcing

Il constate qu'une grande partie des contenus générés par les utilisateurs (notes, commentaires, tags, envois dans un groupe) sur une photographie proposée par la Library of Congress dans le cadre du projet The Commons sont sans intérêt. La plupart des notes par exemple sont anodines ou constituent des plaisanteries ; aucune n'apporte d'information historique. Le "bruit" est également très présent dans les commentaires et les tags ajoutés. Au final, Larry regrette que les rares informations valables générées par les utilisateurs soient noyées dans une masse de textes inintéressants et que l'extraction de ces pépites demande beaucoup de temps.

Dans la discussion à propos de ce billet, j'ai suggéré que ce phénomène est probablement lié à la popularité de la Library of Congress ; sur notre projet PhotosNormandie en tout cas, nous n'observons pas du tout ce genre de comportement de la part des utilisateurs et presque tous les commentaires proposés présentent un intérêt direct ou indirect avec les photos commentées.

Le billet est relayé sur le groupe Flickr Commons où la discussion qu'il provoque est très intéressante.

vendredi 12 juin 2009

7ème colloque du chapitre français de l’ISKO - Intelligence collective et organisation des connaissances

L’ISKO (International Society for Knowledge Organization) est une société savante internationale créée en 1989, à but non lucratif, destinée à favoriser la recherche et les échanges entre les chercheurs et les spécialistes du domaine de l'organisation des connaissances.
L'ISKO réunit environ 600 spécialistes de 54 pays qui travaillent sur les problèmes de l’organisation de l’information selon des approches complémentaires issues en particulier des sciences de l'information, de la linguistique, de l'informatique et des sciences cognitives.

Le 7ème colloque du chapitre français de l’ISKO, intitulé Intelligence collective et organisation des connaissances, se tiendra à Lyon les 24, 25 et 26 juin 2009. Il est organisé par l’Université Jean Moulin Lyon 3 et l'ENSSIB.
Le programme complet est disponible ici.

J'interviendrai le jeudi 25 juin après-midi sur la redocumentarisation iconographie dans l'Atelier 3 Image, travail collaboratif et réseaux sociaux animé par Gérard Régimbeau et Christophe Catanese.

- page 1 de 2