J'ai écrit en octobre 2006 une étude sur les capacités XML de divers formats de traitement de texte et de mise en page (*). Cet article destiné à une organisation de recherche sur les technologies de la presse (l'IFRA) mentionnait non seulement des outils habituels dans ce milieu, comme Word, OpenOffice, XPress et InDesign, des systèmes éditoriaux spécialisés, mais également des logiciels XML généralistes tels que XMetal Author, Syntext Serna, XXE ou PTC Arbortext. Ces derniers outils permettent une saisie XML directe sur le poste auteur mais demeurent largement méconnus dans la presse, et je me souviens de quelques commentaires étonnés concernant leur évocation dans le contexte de l'étude. Je concluais l'article en estimant que l’exploitation avancée de XML dans l'édition technique et, singulièrement, la montée en puissance de DITA devraient davantage inspirer les acteurs de la presse et plus généralement des médias. Avec le rachat de la société In.vision Research Corporation par Quark en juillet 2008, le rapprochement que j'évoquais alors entre ces différents secteurs devient effectif et les entreprises des médias s'intéressent désormais aussi aux architectures documentaires modulaires.