Du bruit au signal (et inversement)

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

mardi 3 novembre 2009

La révolution numérique considérée comme une quatrième révolution

par Luciano Floridi
traduit de l'anglais par Patrick Peccatte
[Traduction reprise sur le blog des Humains associés et sur Owni.fr]

article original : The Digital Revolution as a Fourth Revolution

Je remercie Luciano Floridi pour m'avoir autorisé à traduire cet article.
Lire aussi du même auteur l'article Web 2.0 contre Web sémantique : un point de vue philosophique.

Luciano Floridi donnera le 19 novembre 2009 (17h à 19h) une conférence publique intitulée The Fourth Revolution :

Centre de Recherches Interdisciplinaires (CRI) 
Faculté de Médecine, site Cochin Port-Royal
Université Paris Descartes
24, rue du Faubourg Saint Jacques
75014 Paris
(voir l'annonce sur Facebook, sur Calendoc)

Lire la suite...

vendredi 10 juillet 2009

Web 2.0 contre Web sémantique : un point de vue philosophique

par Luciano Floridi
traduit de l'anglais par Patrick Peccatte

article original :
Web 2.0 vs. the Semantic Web: A Philosophical Assessment [format PDF]

Résumé
Cet article développe certaines des conclusions publiées dans Floridi (2007) concernant les futurs développements des Technologies de l'Information et de la Communication (TIC) et leur impact sur nos vies. Les deux principales thèses soutenues dans ce papier sont les suivantes : alors que la société de l'information se développe, la limite entre connecté et non connecté devient de plus en plus floue, et lorsqu'il n'existera plus de différence significative, nous allons progressivement nous re-conceptualiser nous-mêmes non pas comme des cyborgs, mais plutôt comme des inforgs, c'est-à-dire comme des organismes informationnels socialement connectés. Dans ce papier, j'examine le développement de ce qu'on appelle le Web sémantique et le Web 2.0 à partir de cette perspective et je tente de prévoir leur avenir. En ce qui concerne le Web sémantique, je soutiens qu'il s'agit d'un projet clair et bien défini, qui, en dépit de certains points de vue autorisés contraires, ne constitue pas une réalité prometteuse, et qu'il échouera probablement de la même manière que le projet de l'Intelligence Artificielle (IA) a échoué dans le passé. Concernant le Web 2.0, je soutiens que, même s'il est assez mal défini et qu'il lui manque une claire explication de sa nature et de sa portée, il a la capacité à devenir un succès (et en effet, c'est déjà un succès dans le cadre du nouveau phénomène du Cloud Computing), car il tire parti des seuls moteurs sémantiques disponibles à ce jour dans la nature, nous-mêmes. Je conclus en suggérant quelles autres modifications nous pourrions attendre dans le futur de notre environnement numérique.

Note. Je remercie le professeur Floridi pour m'avoir autorisé à traduire cet article. Pour le lecteur qui ne connaîtrait pas son travail, voici ce qu'en dit Wikipedia :
« Luciano Floridi (né en Rome en 1964) Laurea, Universita' di Roma La Sapienza, M.Phil. and Ph.D. Université de Warwick, M.A. Université d'Oxford) fellow, St Cross College, université d'Oxford, professeur associé de logique et d’épistémologie, département de philosophie, université de Bari. Floridi est un philosophe italien surtout connu comme l'un des plus importants théoriciens de la philosophie de l'information. »
Son blog est ici.