Le projet PhotosNormandie que j'ai brièvement décrit dans un précédent billet a maintenant un peu plus d'un an, et nous commençons à bien connaitre les 2763 photos qui constituent cette collection en cours de redocumentarisation. Au delà de l'amélioration des légendes individuelles de chaque photo, il est intéressant d'examiner, comme pour tout travail documentaire, la collection dans son ensemble. Nous pensons que ces photos mériteraient ainsi d'être analysées globalement pour:

  • les mettre en relation entre elles ainsi qu'avec d'autres sources d'images; nous avons commencé à effectuer ce travail de construction de liens avec des photos de Robert Capa ou de brèves séquences de films (dont un film de George Stevens)
  • connaitre la répartition géographique des lieux figurés en corrélation avec la progression des différentes unités, combattantes ou non, de façon à constituer une sorte de "géolocalisation" historique
  • proposer une typologie des sujets frappés par la censure explicite sur un certain nombre de photos
  • repérer les mises en scènes manifestes
  • expliciter la place des femmes, des soldats noirs, des très jeunes soldats allemands, des civils, etc., qui figurent sur les photos

Il ne s'agit là que de quelques exemples d'un travail sur la globalité du corpus qui reste à effectuer et permettrait de déterminer les thématiques présentes, et par là, les critères, objectifs ou non, qui ont gouverné le choix de ces photos.
Nous proposons dans ce qui suit une première approche de l'ensemble de cette collection en examinant les "figurations de morts". Nous avons en effet remarqué, au cours des discussions sur l'amélioration des légendes, que les morts étaient représentés (ou non représentés...) très différemment selon qu'ils étaient américains, anglais (ou originaires du Commonwealth), allemands ou civils. L'article ci-dessous n'a d'autre ambition que de résumer et illustrer ces simples observations; il va de soi que ces remarques ne concernent que le corpus de photos en question et ne sauraient être étendues sans précautions à l'ensemble de la couverture photographique de la Seconde Guerre Mondiale, ou, a fortiori, à des images d'autres guerres.

Américains

Il existe plusieurs photos de morts américains dans la collection PhotosNormandie, mais aucune qui permette la reconnaissance des cadavres. En effet, « il existe depuis longtemps aux États-Unis un interdit de la représentation des cadavres américains. » (cf. référence 1 page 5).
En voici quelques exemples:

p000722.jpg
Réf. p000722  Carquebut, Manche
Le 17 juin, l'aumônier américain Francis L. Sampson de Sioux Falls (Dakota du Sud) du 326th Medical Company (101st US AB) bénit les corps des paras tués.
Chaque corps est enveloppé dans un parachute. Les voilures dorsales à 28 panneaux (8,53 m de diamètre) de T-5 étaient en nylon coloris camouflage ou blanc. Les voilures de ventral à 24 panneaux (6,70 m de diamètre) étaient toujours en nylon blanc.
En arrière plan des prisonniers allemands encadrés par des GI's sont alignées devant des tombes qu'ils viennent très certainement de creuser.
Un autre prêtre récite une prière, ce qui laisse supposer que les corps ont été bénis par les représentants de plusieurs religions. L' Army Chaplain Francis L. Sampson était catholique romain.
Voir la p011584 même scène
Pour aller plus loin : Army Chaplain Francis L. Sampson, sa bio:
www.usachcs.army.mil/TACarchive/ACTNG/Sampson.htm
Cette photo est présentée avec des localisations différentes : Carentan, Sainte Marie du Mont et Hiesville ; quant à la date soit le 7 soit le 17 juin.
www.qmfound.com/gravewwii.htm
Nous estimons, sous réserve, que cette photos et les p011584 et p013474 auraient pu être prises au cimetière provisoire de Blosville au S-E du carrefour des Forges , au nord du bourg, lieu de la LZ " W".
Lire ici un témoignage :
www.flickr.com/photos/mlq/2533683308/in/pool-autresphotos...

Quelques photos représentent des morts américains en plan resserré mais toujours sans que les visages soient visibles:
p011286.jpg
Réf. p011286  Fromentel, Orne
Deux soldats américains tués au carrefour de Fromentel
Deux soldats de la Third Armored Divison qui comme 90 autres GI's laisseront leur vie au cours des engagements de leur unité entre le 14 et le 19 août 1944 à Rânes et pour le contrôle du carrefour de Fromentel. Notez la disposition atypique de la pelle règlementaire et la modification des guêtres du soldat de gauche.
Sur le sol un fusil Springfield M1 Garand
www.arizonaresponsesystems.com/finish/m3cpgarand01.jpg
Au dessus l'intérieur d'un casque.

La photo suivante a été publiée aux USA et a choqué l'opinion, peut-être autant d'ailleurs à cause de la désinvolture du groupe de GI's visible à droite que par le cadavre du premier plan:
p012584.jpg
Réf. p012584  Omaha Beach, après le D-Day.
Omaha Beach, après le D-Day. Sur l'estran pied d'un obstacle de plage "rampe" en bois git le corps d'un GI qui n'a pas encore été ramassé, en arrière plan un groupe de GI's indifférents.
A côté deux fusils : M1-Garand et M 1903 " Springfield " posés croisés.
Cette photo est légendée ainsi sur plusieurs sites américains:
"Crossed rifles in the sand placed as a tribute to this fallen soldier."
Les fusils ne seraient donc pas jetés pêle-mêle mais croisés intentionnellement
pour rendre un hommage au soldat tombé. Hypothèse plausible mais que nous ne pouvons confirmer. Il peut tout aussi bien s'agir de la collecte de récupération d'armes abandonnées.
Sur la plage Dog White (Vierville-sur-Mer), vraisemblablement le 7 juin au matin à marée basse.
Ces obstacles étaient souvent minés avec des Tellerminen antichar, mais l'alternance des marées a empêché beaucoup d'entre elles de fonctionner.
pour aller plus loin : www.normandiememoire.com/2_histo1/histo1_p3_02_fr.htm#
C'est, paraît-il, à la vue de cette photo largement diffusée aux USA que les américains se sont émus et qu'une loi fut promulguée interdisant la publication de photos de cadavres dans les médias.
Lire ici un article "Les mythes et les réalités du "Zéro mort" (format Word):
www.frstrategie.org/barreFRS/publications/rd/Telechargeme...
Cette photo a néanmoins inspiré une sculpture, voir ici :
www.flickr.com/photos/mlq/2290966837/
Autre photo assez semblable, prise à Utah Beach :
www.flickr.com/photos/mlq/2295999724/
Le GI porte encore sa ceinture de flottaison, on ignore le lieu de sa mort, la mer a pu porter le corps flottant sur Dog White.
Le ramassage des corps par les soldats spécialisés a duré longtemps à
partir du 7 juin, il y en avait des centaines (environ 850 KIA) dispersés un peu partout, souvent loin des quelques lieux où les pertes avaient été les plus
fortes. Les jours suivants d'autres corps ont été restitués par la mer,
flottants avec leur brassière.
 
La photo qui suit, souvent reproduite avec un cadrage qui supprime le caméraman censuré à droite, prend un autre sens pensons-nous à la lecture de sa légende. Une analyse rapide conduit en effet à estimer que nous avons affaire à une mise en scène, photographiée et filmée, et que la censure a gommé le caméraman de façon à accentuer l'effet émotionnel du recueillement manifesté par ce couple de vieux Normands. Il n'est est rien. Nous savons que leur recueillement est spontané et profondément sincère malgré la présence des captations photographiques et cinématographiques:
p000713.jpg
Réf. p000713  Saint-Hilaire-Petitville, Manche
Cette photo est abondamment utilisée, pour exemple voir ici :
www.flickr.com/photos/mlq/2216800872/in/pool-autresphotos...
Grâce à l'arrière petit fils de ce couple, nous pouvons apporter des éléments inédits.
M. Adjutor Lecanu et son épouse Marie se recueillent sur la dépouille d'un soldat américain.
M. Lecanu tient un bouquet de fleurs à la main gauche et il se signe.
La scène se passe sur la route d'Isigny à Saint Hilaire Petitville, commune limitrophe de l'est de Carentan durant les combats soit entre le 9 et le 13 juin .
M. Lecanu était boucher-maquignon à Carentan.
Selon leur arrière petit fils : " ce n'est pas une mise en scène, ils se sont recueillis de façon spontanée. Mon arrière grand-père était un ancien combattant de la grande guerre, je pense que c'est un hommage aux combattants car il a été très éprouvé par sa propre expérience. "
La censure en recadrant la photo (effaçant le caméraman debout à droite avec sa caméra à la main) a voulu renforcer l'aspect émotionnel et effacer l'impression de mise en scène ou même de propagande.
Examen du corps du soldat:
-il repose sur le ventre face contre terre, porte son pantalon moutarde et par dessus son pantalon HBT imprégné anti vésicant, et un blouson M-41 mais pas de leggings.
-à quelques pas de là son ceinturon M-1936
-un tag (une étiquette) peut être médical est attaché à sa chaussure droite.
-le corps est recouvert du " cover, protective, individual " voir la photo p012376.
Les troupes qui ont combattu à Carentan sont la 101st US AB et la 2nd US AD. Vu ces chaussures : ce n'est pas un parachutiste, possible que cet homme soit de la 2nd AD, peut être même du 3/41st AIR (Armored Inf. Regt).
Cette scène a été filmée, voir ici:
www.flickr.com/photos/mlq/2369034186/in/pool-autresphotos...

Allemands

Il existe également plusieurs photos de morts allemands dans le corpus PhotosNormandie, mais l'interdit qui concerne les représentations de cadavres américains n'existe pas pour eux. Il s'agit bien, pour les photographes militaires américains, de représenter l'ennemi, l'autre, l'"alien". Les cadavres sont alors réifiés, les corps sont souvent photographiés de face, quelquefois reconnaissables, et parfois aussi dans des situations irrespectueuses et qui ne font pas honneur aux civils ou GI's qui les entourent.

p012371.jpg
Réf. p012371  Sainte-Mère-Église, Manche
Des parachutistes allemands (Fallschirmjägern) entassés morts dans la benne d'un camion.
Ils portent des tenues camouflées.
Voir la p012374 déchargement des corps par trois civils français.
A droite le cadavre d'un capitaine (Hauptmann) voir ici les pattes de col.
A gauche un para portant le grade de Flieger, voir ici :
On peut indiquer que le Fallshirmjager Regiment 6 du Major Friedrich August Freiheer von der Heydte reçoit le 6 juin vers 06H00 du LXXXIV AK l'ordre suivant :
" Le FJR. 6 va immédiatement nettoyer le secteur de Carentan puis attaquera les parachutistes adverses entre cette ville et Sainte-Mère-Église. Les troupes allemandes qui combattront dans le secteur du régiment lui seront rattachées "
Le régiment perd deux Hauptmann le 8 juin 1944 : le Hauptmann Bucher de la 3.Kompanie du I./ FJR 2 et le Hauptmann Hermann 5.Kompanie du II./ FJR 6.

Les pénibles corvées de ramassage et enterrement des morts allemands étaient souvent effectuées par des prisonniers sous la garde de soldats noirs:
p012861.jpg
Réf. p012861  Omaha, Calvados
Encadrés par des soldats noirs américains, des prisonniers allemands déchargent des cadavres depuis un camion GMC.
La scène se passe dans le second cimetière provisoire installé en été 1944 sur la falaise de Colleville-sur-mer à l'est du Ruquet.
Ce cimetière était un peu à l'Ouest du cimetière actuel, construit plusieurs années plus tard.
Sa construction a commencé dès le 11 juin et les corps y ont été transférés à partir du 20 juillet 1944 depuis le premier cimetière provisoire situé au pied de la falaise entre Vierville et Saint-Laurent sur Dog White.
Voir ici à la rubrique 8432 :
omahabeach.vierville.free.fr/
Pour ce cimetière, liste de la série voir : p011377.

Certaines photos pourtant dures nous touchent aussi par le mélange d'indécence et d'égard, comme celui semble-t-il manifesté par ce capitaine au regard interrogatif qui a ôté son casque:
p011628.jpg
Réf. p011628  Cherbourg, Manche
Le 27 juin 1944, le capitaine Earl J. Topley de Saint Paul (Minnesota), regarde le cadavre d'un soldat allemand en position assisse sur des marches devant un portail, celui-ci a été tué après qu'il ait abattu trois de ses GI's.
Référence livre : First US Army Album Mémorial, Heimdal, 2004.
Séquence filmée ici, timeline : 01 :00

La scène suivante où le corps mutilé du soldat allemand, dans une posture saugrenue, est observé par deux GI's, est assez représentative de la différence de traitement dans la représentation des victimes; elle est tout simplement inimaginable avec un corps de soldat allié.
p013077.jpg
Réf. p013077  Roncey, Manche
Photo prise près de Roncey, le 1 août après la reddition des Allemands encerclés dans la poche.
Des hommes de la 3rd Armored Division devant un Panzer; le cadavre d'un des hommes d'équipage s'est retrouvé suspendu sur le canon.
Le GI de droite porte le patch de la 3RD AD US et l'insigne peinte sur le côté gauche de son casque.
Le Panzer est un canon automoteur : Sturmgechütz III G " détruit alors qu'il tentait de sortir de la poche.
Le Stug a vu ses munitions exploser, le flanc gauche est ouvert, le blindage repose sur le sol derrière l'arbre. Le membre de l'équipage est peut être le radio qui a été projeté hors du blindé les deux jambes sectionnées.
En arrière plan une jeep.
A lire livre : La guerre des GI's de Georges Bernage et Georges Cadel paru chez Heimdal, 1994.

Cette photo est brutale de réalisme; il ne manque que le pot de cidre entre les civils et les militaires américains, qui sont tout sourire et sans un regard pour le cadavre à leur pied:
p012933.jpg
Réf. p012933  Colleville-sur-Mer, Calvados
Trois civils sympathisent avec des troupes américaines, un cadavre de soldat allemand à leurs pieds.
A gauche se tient un capitaine médecin d'une ESB d'Omaha (5th ou 6th) identifié par son casque, voir ici :
www.flickr.com/photos/mlq/2538454104/
et son brassard à Croix Rouge.
La photo a été prise à Colleville-sur-Mer, derrière l'église, dont on voit
le mur Est du cimetière à gauche, par un photographe de la 162nd ou 165th Signal Photo Company, peu après le 6 juin 1944.
L'insigne d'épaule du sous-officier à gauche (trait horizontal blanc à l'arrière du casque) a été censuré.
A droite du civil avec une casquette, le cameraman binôme du photographe.

Autre image brutale - déchargement de cadavres à la manière d'animaux à l'équarrissage...
p012374.jpg
Réf. p012374  Saint-Mère-Eglise, Manche
Trois civils requis déchargent d'un camion récupéré (camouflage allemand, voir les ridelles) des cadavres de soldats allemands (semelles cloutées).
Photo impressionnante de réalisme, voire de cruauté qui montre bien le ressentiment des Normands envers le " boche ".
Le long de la haie se tiennent trois GI's casqués.
De nombreux corps sont déjà au sol alignés le long d'une haie, des effets dispersés jonchent le sol, les corps ne sont pas recouverts (contrairement à ceux des américains de la p012372).
Voir la p012371 où on voit les cadavres dans le camion avant qu'ils soient jetés au sol à l'aide d'une corde.
Voir la p012372 même lieu avec des cadavres de soldats américains, Il semble bien que dans la même prairie les corps des deux camps aient été réunis afin de procéder à l'identification puis à l'inhumation.
Il y avait deux cimetières provisoires à Sainte-Mère-Eglise : un à l'emplacement actuel du terrain de sport (celui de la photo), le second route de Chef du Pont. Photo prise le 12 juin 1944, selon First US Army, Heimdal, 2004.

Nous avons pensé que le soldat embourbé de la photo qui suit était mort avant de découvrir une brève séquence de film où il est manifestement vivant. Il est possible que notre première impression ait été influencée inconsciemment par l'histoire tragique d'Omayra Sánchez, cette petit fille colombienne dont l'agonie avait été filmée en 1985 suscitant de nombreux débats sur les médias.
p012331.jpg
Réf. p012331  Quineville, Manche
Un soldat allemand tente de se dégager après avoir été enseveli par un bombardement.
Il est vivant, on peut le voir dans un film remuant faiblement la main droite
, voir ici la séquence, ici :
video.google.com/videoplay?docid=-8674943477028787846
en 22:15
Des scènes comme celles ci sont courantes après les bombardements alliés.
Quinéville était défendue par un groupement tactique improvisé: le Kampfgruppe Müller dont la composition était la suivante :
-III Abt. du Grenadier-Regiment 922 de la 243 ID
- I Abt. du Grenadier-Regiment 920 de la 243 ID
-III Abt, du (Fest.) Grenadier-Regiment 739 de la 709 ID
- Pionier-Bataillon 243 de la 243 ID
- Schweren Artllerie-Abteilung 456 et 457 du Artillerie Regiment 621 (mot.) Seidel. (avec 8 pièces de 122 mm et 16 pièces de 152 mm soviétiques)
-éléments du Flak Regiment 30
-les batteries de Nebelwerfer du Stellung Werfer Regiment 101 du Major Rasner.
Ce sont les soldats du 39th Inf. Regt de la 9th US ID, commandée par le Major General Manton Sprague Eddy, qui libéra la ville le 14 juin 1944.
Voir ici, un reportage photographique sur un mur antichar de 500 m de long devant le Wn 106 à Quinéville.
atlantikwall.superforum.fr/les-defenses-de-plage-f13/500-...

Anglais ou originaires du Commonwealth, victimes civiles

La collection PhotosNormandie ne comporte à notre connaissance aucune photo de morts anglais ou originaires du Commonwealth (Canada, etc.) ni de photos de victimes civiles.
Pourtant, « on déplora au total 20 000 morts parmi la population civile (dont 14 000 pour la seule Basse-Normandie), soit plus qu’il n’y eut de soldats britanniques ou canadiens (16 000 morts) tués pendant la bataille et autant que les pertes américaines (21 000 morts). » (cf. références 2 & 3).
Nous savons par ailleurs que les photographes du Signal Corps, qui ont réalisé les photos américaines présentées sur PhotosNormandie, travaillaient la plupart du temps avec des cinéastes; et nous connaissons des films tournés par ces cinéastes qui montrent le ramassage des victimes civiles. Il existe aussi quelques rares photos de morts civils prises par les photographes militaires américains. Nous en avons ainsi repéré une, prise à Saint-Sauveur-le-Vicomte (Manche), où un parachutiste de la 82nd US Airborne extrait une petite fille morte de ruines. Cette photo ne fait pas partie de PhotosNormandie, ce qui ne peut guère s'expliquer que par une omission délibérée lors du choix des photos par le Conseil Régional de Basse-Normandie à l'origine du projet. Il existe par contre dans PhotosNormandie quelques photos de civils blessés, en général légèrement, ce qui tendrait à montrer là encore une manière d'auto-censure dans le choix effectué.

Les morts civils ne sont pas sur les photos mais dans les légendes.
Les victimes civiles apparaissent en effet de manière indirecte dans les légendes de certaines photos, comme dans les deux exemples que nous présentons ci-dessous:
p013326.jpg
Réf. p013326  Cherbourg, Manche
Fraternisation d'une civile parmi un groupe d'américains de la 79th ID sur le seuil d'une maison.
Photo prise le 26 juin 1944 par Weintraub.
La légende américaine de la photo précise que la famille de la jeune femme a été tuée par les Allemands.

p011073.jpg
Réf. p011073  Rots, Calvados
Charlotte Coustenoble, réfugiée de Rots dont le père a été tué quand les Canadiens ont pris la ville, distrait les troupes avec son violon.

Animaux

Les animaux morts, victimes de la guerre, sont également représentés dans PhotosNormandie.
Pour la dernière photo présentée ici, elle aussi très crue, la légende d'origine qui figure sur le site Archives Normandie 1939-1945 mérite d'être mentionnée:
« Bataille de Normandie : été 1944 : A l'angle d'une rue, des civils récupèrent ce qu'ils peuvent d'une cargaison répandue sur les pavés, à proximité d'un tombereau. ».
Je ne sais comment interpréter cette légende manifestement fausse: volonté de ne pas choquer peut-être.
p013092.jpg
Réf. p013092  Saint-Quentin, Aisne
A l'angle des rues d'Isle et Anatole-de-la-Forge à Saint-Quentin, des civils dépècent un cheval complètement éventré. A droite un homme un couteau à la main donne un morceau de viande à une femme âgée avec son filet.
Cette photo a dû être prise le 3 septembre 1944, le lendemain de la libération de Saint-Quentin par le 110th IR de la 28th US ID en fin de soirée le 2 septembre.
Nous avons pu localiser cette photo grâce à un témoin qui se rappelle avoir vu cette scène.
Voir ici en 2008 :
www.flickr.com/photos/mlq/2639371874/
voir la p013091 même endroit en plan plus large.


La très grande majorité des photos de PhotosNormandie sont d'origine américaines (2546 sur 2763 photos). De nombreux aspects de la Bataille de Normandie sont représentés, y compris dans ce que la guerre comporte de représentations obligées des opérations de terrain, des chefs politiques et militaires, des déploiements d'unités et matériels de toutes sortes, mais aussi de souffrances, de destructions, d'exodes, etc. Si l'on s'en tient à la figuration des morts par contre, on observe un déséquilibre total qui renvoie des corps anonymes américains à des corps allemands quasiment animalisés et chosifiés. A cela s'ajoute le fait que nombre de morts "indécents" n'ont pas été photographiés, que ce soit à cause de leur caractère horrible (cas de l'écrasement de la poche de Falaise-Chambois) ou en raison du secret qui entourait alors certains événements qui n'ont d'ailleurs peut-être pas été filmés ou photographiés; on peut citer, concernant ce dernier cas de "silence photographique", les pertes liées aux tirs amis (friendly fires), en particulier en juillet 1944 près de Saint-Lô lors de l'opération Cobra, ou encore les premiers essais de napalm qui eurent lieu à cette époque à l'île de Cézembre en baie de Saint-Malo et à côté de Coutances.

Il reste néanmoins, malgré ces observations et le caractère évidemment limité de la collection PhotosNormandie, que celle-ci nous semble remarquable et digne d'intérêt tant sur le plan historique que photographique; en cela, les photographes militaires de l'époque étaient certes des témoins subjectifs, mais peut-être guère plus que les modernes "embedded journalists" qui couvrent les guerres modernes. Leur témoignage est simplement humain.

J'ai hésité longtemps à rédiger ce billet dont le sujet pourra étonner.
Si je reviens sur la collection PhotosNormandie à l'avenir, j'essaierai d'être plus "léger", promis...

Crédit des photos
"Conseil Régional de Basse-Normandie / National Archives USA" et "Conseil Régional de Basse-Normandie / Archives Nationales du CANADA"
Lire les conditions d'utilisation sur le site Archives Normandie 1939-1945.

Je remercie tous les participants du projet PhotosNormandie pour la qualité de leurs recherches et de leurs interventions.

Références et notes

  1. Les mythes et les réalités du "zéro mort" : comparaison franco-américaine (format Word) par Pascale Combelles-Siegel et François Géré, décembre 2001, Ministère de la défense / Délégation aux affaires stratégiques.
    Il convient de préciser qu'il existe des photos de soldats américains dont le visage est reconnaissable ou en tout cas visible. Mais ces photos ne furent jamais publiées à notre connaissance. On a ainsi retrouvé tout récemment la photo du correspondant de guerre Ernie Pyle peu de temps après sa mort sur l'île de Shima le 18 avril 1945; son visage est visible.
  2. Les victime civiles sur le site NormandieMemoire
  3. Mémorial 1944 des Victimes Civiles - Centre de Recherche d'Histoire Quantitative (C.R.H.Q.) - Université de Caen
  4. La fonction émotive de l’image : Faut-il tout montrer ? par Cédric Baxa et Annick Lefevre, s.l., s.d.
  5. La Fabrique des images contemporaines, sous la direction de Christian Delage, textes de Christian Delage, Vincent Guigueno et André Gunthert, Editions du Cercle d'art, 2007. En particulier "Le débarquement de 1944 par Capa (1944), Darryl Zanuck (1962) et Steven Spielberg (1998)"