Du bruit au signal (et inversement)

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

mardi 10 mars 2009

Flickr et PhotosNormandie

 

Voici l’article intitulé Flickr et PhotosNormandie: une entreprise collective de redocumentarisation paru dans la revue de l’ADBS Documentalistes Sciences de l’information à l’occasion du dossier autour du web 2.0 dans le numéro de Mars 2009.

Merci à l’ADBS de permettre la publication en intégralité de cet article.

Lire la suite...

mercredi 11 février 2009

Commons photos on Flickr without User-generated content

Following are lists of Commons photos without any User-generated content (UGC), i.e. photos that have no comments, no new tags and no notes added by users.
Lists are displayed by institutions participating to The Commons.

Total photos checked: 18290 in 19 institutions
Total photos without UGC (no comments, no new tags, no notes): 5123

Summary

1. The Library of Congress, Washington, D.C., United States
5421 photos, 44 photos without UGC (0.008 %)

2. The Powerhouse Museum Collection, Sydney, Australia
1101 photos, 336 photos without UGC (0.3 %)

3. The Brooklyn Museum, New York, United States
2554 photos, 167 photos without UGC (0.07 %)

4. The Smithsonian Institution, Washington, D.C., United States
1414 photos, 327 photos without UGC (0.23 %)

5. Bibliothèque de Toulouse, France
652 photos, 378 photos without UGC (0.58 %)

6. The George Eastman House, Rochester, NY, United States
592 photos, 60 photos without UGC (0.10 %)

7. Biblioteca de Arte-Fundação Calouste Gulbenkian, Lisboa, Portugal
3073 photos, 2745 photos without UGC (0.89 %)

8. National Media Museum, Bradford, West Yorkshire, UK
130 photos, 16 photos without UGC (0.12 %)

9. National Maritime Museum, Greenwich, UK
191 photos, 48 photos without UGC (0.25 %)

10. State Library of New South Wales, Australia
250 photos, 1 photo without UGC (0.004 %)

11. The Library of Virginia, Richmond, Virginia, United States
314 photos, 93 photos without UGC (0.30 %)

12. Musée McCord Museum, Montréal, Canada
236 photos, 86 photos without UGC (0.36 %)

13. Nationaal Archief, The Hague, The Netherlands
590 photos, 141 photos without UGC (0.24 %)

14. Australian War Memorial, Canberra, Australia
42 photos, 1 photo without UGC (0.024 %)

15. Imperial War Museum, Londres, UK
10 photos, no photos without UGC (0 %)

16. National Library of New Zealand, Wellington, New Zealand
161 photos, 36 photos without UGC (0.22 %)

17. New York Public Library, New York, United States
1300 photos, 561 photos without UGC (0.43 %)

18. National Galleries of Scotland, Edinburgh, Scotland, UK
107 photos, 8 photos without UGC (0.074 %)

19. State Library of Queensland, Brisbane, Australia
152 photos, 83 photos without UGC (0.55 %)

Caution, it is a rather long post.
[Data collected on February 11, 2008]

Lire la suite...

dimanche 8 février 2009

The Commons sur Flickr, quelques chiffres

Le projet The Commons (“les Organismes publics” en français) a été lancé le 16 Janvier 2008 avec la publication sur Flickr de près de 3000 photographies de deux collections de la Library of Congress. Les objectifs de ce projet sont d'accroître l'accès aux collections détenues par des institutions du monde entier et de fournir au public un moyen lui permettant de contribuer à l'amélioration de la description de ces collections.
Pour en savoir plus: A Commons Bibliography sur le blog indicommons

Sur chaque photo, un utilisateur peut proposer:

Je donne ci-dessous quelques indications chiffrées sur le nombre de commentaires, tags, notes et machines tags pour chacune des institutions qui participent actuellement (chiffres collectés les 7 et 8 février 2009).
Quelques renseignements partiels sont aussi donnés sur le support des métadonnées IPTC et XMP dans chacune de ces collections.

(modifié le 21 février 2009 pour le Brooklyn Museum)

Lire la suite...

mercredi 21 janvier 2009

XML sur le poste auteur selon Quark

J'ai écrit en octobre 2006 une étude sur les capacités XML de divers formats de traitement de texte et de mise en page (*). Cet article destiné à une organisation de recherche sur les technologies de la presse (l'IFRA) mentionnait non seulement des outils habituels dans ce milieu, comme Word, OpenOffice, XPress et InDesign, des systèmes éditoriaux spécialisés, mais également des logiciels XML généralistes tels que XMetal Author, Syntext Serna, XXE ou PTC Arbortext. Ces derniers outils permettent une saisie XML directe sur le poste auteur mais demeurent largement méconnus dans la presse, et je me souviens de quelques commentaires étonnés concernant leur évocation dans le contexte de l'étude. Je concluais l'article en estimant que l’exploitation avancée de XML dans l'édition technique et, singulièrement, la montée en puissance de DITA devraient davantage inspirer les acteurs de la presse et plus généralement des médias. Avec le rachat de la société In.vision Research Corporation par Quark en juillet 2008, le rapprochement que j'évoquais alors entre ces différents secteurs devient effectif et les entreprises des médias s'intéressent désormais aussi aux architectures documentaires modulaires.

Lire la suite...

samedi 17 janvier 2009

Adobe ouvre la voie à de nouvelles applications pour la vidéo avec XMP Library for ActionScript

Adobe poursuit sa stratégie de développement XMP en direction de la vidéo et vient de publier le premier preview de XMP Library for ActionScript.

Le code est basé sur la bibliothèque XMPCore utilisée pour traiter et gérer les métadonnées XMP et permet de les lire dans les fichiers SWF, FLV et F4V (avec Flash Player 10 uniquement).

Les applications CS4 permettent de capturer un grand nombre de métadonnées dans le processus de production et de les rendre disponibles dans les fichiers FLV ou F4V. Ces fichiers vidéo enrichis d'informations peuvent donc désormais être exploités dans les applications Flex grâce à cette bibliothèque.

Puisque la fonction de transcription vocale automatique (Speech To Text) des logiciels Premiere Pro et Soundbooth permet de convertir les dialogues de séquences vidéo (ou audio) en métadonnées texte, il devient ainsi possible par exemple de lire les métadonnées stockées dans un fichier vidéo et de les afficher automatiquement en synchronisation avec la lecture de la vidéo, de rechercher des métadonnées dans un fichier Flash pour commencer la lecture à un mot précis d’un dialogue, etc.

Lorsque les données GPS sont capturées, il est aussi possible de créer un widget Flex affichant dynamiquement une carte figurant les endroits où la vidéo a été prise.

Pour reprendre les termes de Gunar Penikis, les métadonnées XMP doivent maintenant être fondamentalement pensées comme un autre moyen de communication (another communication channel) facilement accessible et connecté à d'autres ressources Web pour construire de nouvelles applications.

SourceXMP Library for ActionScript on Labs (From Gunar)

vendredi 9 janvier 2009

Les langages de programmation spécialisés sont-ils de véritables langages ?

Un petit billet sur les langages de programmation spécialisés pour commencer l'année. Et tout d'abord un bref rappel:

"Un langage de programmation est dit Turing-complet s'il permet de représenter toutes les fonctions calculables au sens de Turing et Church (nonobstant la finitude de la mémoire des ordinateurs). La plupart des langages usuels de programmation (C, C++, Java, ...) sont Turing-complets. Le fait d'être Turing-complet est généralement requis pour un langage de programmation générique. En revanche, ce n'est pas le cas pour un langage dédié au traitement de problèmes spécifiques." (extrait de Wikipedia)

La dernière phrase ne doit pas être comprise de travers. On pense parfois qu'un langage très spécialisé, dédié au traitement de problèmes spécifiques comme le scripting, le développement Web, ou le traitement graphique, ne peut être considéré comme un véritable langage permettant d'exprimer n'importe quel problème basé sur un algorithme mécanique (moyennant la thèse de Church). Il n'en est rien. Les langages de programmation spécialisés ne sont pas tous des langages "au rabais". Certains d'entre eux qui semblent pourtant conçus pour des tâches extrêmement précises doivent pourtant être considérés comme de "vrais langages universels" car ils sont Turing-complet. Deux exemples:

- page 6 de 20 -