Du bruit au signal (et inversement)

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

mercredi 3 février 2010

Traduction d'un article sur le cinéaste Georges Rouquier

Un œil innocent ? La carrière et la vision documentaire de Georges Rouquier jusqu’en 1945, par John H. Weiss
(format PDF, 22 pages)

Traduction par Patrick Peccatte de l’article :

An Innocent Eye? The Career and Documentary Vision of Georges Rouquier up to 1945” by John H. Weiss, from Cinema Journal, Vol. 20, No. 2 (Spring, 1981), pp. 38-62. Copyright © 1981 by The University of Texas Press. All rights reserved.
[Disponible sur JSTOR]

Traduction effectuée avec l'aimable autorisation de The University of Texas Press.

Résumé d'après Cinema Journal : Georges Rouquier, dont les premières tentatives en tant que cinéaste professionnel ont été contrecarrées par l'avènement du parlant, a trouvé une nouvelle occasion de carrière lorsque le régime de Vichy a décidé de parrainer des documentaires. Ses films réalisés pendant ou immédiatement après l'Occupation n'ont cependant pas été influencés par la propagande de Vichy, mais par la situation de l'Occupation elle-même et par les images largement partagées de la vie rurale française.

Pour en savoir plus

vendredi 29 janvier 2010

Flickr et PhotosNormandie - article sur Officina della Storia

Un bref article sur Officina della Storia - rivista on-line di storia contemporanea, site italien dédié à l'histoire contemporaine et réalisé en coopération avec l'Università degli Studi della Tuscia à Viterbe :

Flickr et PhotosNormandie: un projet de redocumentarisation d'un fonds photographique historique

Cet article est en français.
(Merci à Anna Caprarelli)

dimanche 24 janvier 2010

Flickr n'accepte plus de nouvelles institutions dans le projet The Commons en 2010

Le communiqué :

Due to the current backlog of requests, we will not be accepting new registrations or requests to join the Commons through 2010.

We apologize for the inconvenience. However, please feel free to begin sharing your photos on Flickr. You don't need to be an official Commons partner to use our service, as long as you're abiding by the Yahoo! Terms of Service and the Flickr Community Guidelines.

Thanks for your interest in the Flickr Commons.

Best Regards,

The Flickr Commons team

Plus de précisions ici :

Before some rumors get going about this, I want to assure everyone that Flickr is still committed to the Commons and we do hope to bring as many institutions into the Commons as we can during 2010. But the registration process itself was contributing to our inability to work on the queue, so we had to turn off new registrations. We'd like to open it back up to new folks wishing to join sooner than 2011, but our priority is supporting our current institutions and bringing abroad those who have expressed interest in joining.

L'initiative regroupe actuellement 31 institutions.

Mis à jour : à lire sur Affordance, Embouteillages dans les nuages ?

lundi 18 janvier 2010

Heuristique et sérendipité : un exemple en images

Résumé

L'application de règles heuristiques explicites permet tout à la fois d'optimiser la recherche d'informations sur Internet et de favoriser la sérendipité. Un exemple de recherche documentaire concernant des images historiques illustre ce point de vue.

Lire la suite...

mardi 12 janvier 2010

PhotosNormandie, 3 ans et 5 millions de visites !

Le projet PhotosNormandie boucle sa troisième année d'activité le 29 janvier prochain et franchit aujourd'hui le cap des 5 millions de visites.

Je remercie tous les participants qui nous ont communiqué des informations, des références, des pistes de recherche intéressantes - en particulier le « noyau dur » du projet : Michel Le Querrec, bien sûr, qui réalise un exceptionnel travail de collecte, synthèse et rédaction, ainsi que Claude, BS, François, et quelques autres passionnés. Le fait que les participants à PhotosNormandie ne se connaissent pas "in the real life", situation que je jugeais assez anecdotique il y a 3 ans, m'apparait désormais comme l'un des attraits essentiels de l'expérience : constituer sur Internet un véritable groupe de recherche ouvert dont la méthodologie et les résultats sont facilement vérifiables.

Merci aussi aux archivistes, documentalistes, historiens, bibliothécaires, visualistes, iconographes, photographes, qui se sont intéressés à ce projet, m'ont invité dans différents colloques ou séminaires pour en discuter et ont permis que je m'exprime dans leurs revues. Nouer des liens avec tous ces professionnels, sur des sujets très divers et souvent passionnants, constitue l'une des grandes satisfactions apportées par ce projet.

Je remercie enfin les musées, bibliothèques ou archives de divers échelons, établissements publics, associations, agences photographiques, médias, en bref les détenteurs français de documents ou d'images en relation avec notre sujet. L'attitude constante depuis trois années de ces institutions et organismes vis-à-vis d'Internet nous a paradoxalement stimulé.

Certains en effet sont totalement absents du Web, pour d'autres le rare matériel proposé en ligne est de médiocre qualité, pour la plupart les descriptions associées aux images sont très approximatives, la maintenance et le suivi des sites événementiels ne sont pas assurés, leurs fonds les plus intéressants sont consultables uniquement sur place et réservés aux chercheurs, le plus souvent il est interdit de réaliser des captures d'écrans, on facture au prix fort une numérisation en stipulant des conditions d'usage strictes et en évitant soigneusement de mettre à disposition le document digital sur Internet, la simple copie d'un fichier sur une clé USB est payante, personne ne répond aux mails, et bien sûr quand on parle « patrimoine » et « bien public » on vous répond « copyright » et « ventes ».

Sans cette politique de détention des documents, sans la désinvolture, la méfiance et la frilosité de ces établissements envers les possibilités ouvertes par Internet, nous n'aurions peut-être pas sollicité aussi fréquemment et avec un tel succès les connaissances encyclopédiques et les impressionnantes documentations accumulées par de nombreux passionnés, labouré encore et encore les recoins d'Internet pour dénicher de multiples références, images ou informations, bâti et détruit des hypothèses, laissé en friche des sujets ouverts pour les reprendre des mois plus tard. Enfin et surtout, nous n'aurions peut-être pas eu autant de plaisir à partager nos petites découvertes. Quand Google s'intéressera vraiment à la diffusion des collections amassées par ces échoppes et que celles-ci seront alors réduites à l'état de conserveries, nous les regretterons. Un tout petit peu.

Statistiques du compte Flickr PhotosNormandie le 12 janvier 2010

mardi 5 janvier 2010

Les métadonnées embarquées dans les documents PDF

Résumé : Depuis son introduction en 1993, le format PDF supporte un jeu très simple de métadonnées internes habituellement nommé Document Info. Il s'agit de six champs textuels libres qui décrivent le document et son moyen de production (Titre, Auteur, Sujet, Mots-clés, Producteur du PDF, Application) et deux champs de type date (Date de création, Date de modification). Adobe a ensuite défini XMP en 2001 et introduit cette dernière technologie progressivement dans tous les formats de fichiers gérés par ses applications. Les documents PDF supportent donc désormais deux types de métadonnées embarquées : le Document Info « historique » et les informations XMP beaucoup plus élaborées. Ce billet décrit trois caractéristiques permettant d'évaluer si un logiciel gère correctement ces métadonnées.

Lire la suite...

- page 1 de 20